12 juin 2007

AUX CONFINS DU MONDE CONNU

eotw

Au pieds des falaise imposantes du cap Bojador, au sud des îles Canaries,
l'Atlantique bouillonne et écume sans trêve.
Des banc de sardines étincelants dans le tumulte donnent à l'eau un aspect de métal en fusion. 
L'océan s'écrase dans les gouffres inconnus  et jaillit en colonnes d'écume.

Pour les marins de jadis, là s'ouvraient les portes de l'enfer.
Au delà s'étendait  la mer des ténèbres,
peuplée de monstres et des esprits des marins morts...

Le maelström qui fait rage sur 25 Kilomètres de récif donna lieu
à des légendes si terrifiantes que, de 400 avant J.C.
jusqu'au XVe Siècle,  l'exploration de la côte occidentale de l'Afrique
n'avança guère.
Les colonnes d'Hercule - le détroit de Gibraltar
marquaient la limite ouest de la méditerranée.
Cette limite franchie, les pionniers avançaient avec crainte,
à une vitesse moyenne de...1,5km par an.

Puis, en 1434, Henri de Portugal, le prince navigateur,
agacé par les superstitions qu'il devinait sans fondement
poussa un de ses capitaines, Gileannes,
à rechercher ce qui s'étendait réellement au sud  du cap Bojador.

La Spectaculaire fureur des flots qui terrorisait les marins
depuis si longtemps était tout simplement due, passe-t-il,
à une mer particulièrement forte battant les falaises.
Le bon sens de Gileannes apaisa les craintes de son équipage.
Il mit le cap  sur la fin du monde - sur l'inconnu.

Le résultat surpris certainement les plus craintifs.
En vingt-quatre heures, ils évitèrent le sinistre
de la barrière du cap Potamot et parvinrent dans des eaux calmes,
sans avoir rencontré le moindre monstre.
Ayant oublié leurs frayeur , ils gouvernèrent à l'est
et furent récompensés par le spectacle d'une côte qu'aucun homme blanc
avant eux n'avait explorée.

Il avait fallu mille ans aux Européens
pour reconnaître 1500 kilomètres de côtes
au sud des colonnes d'Hercule.
Gileannes, se lançant hardiment dans la mer des ténèbres,
suscita un nouvel élan de curiosité et la carte des 8000 autres
kilomètres de la côte d'Afrique occidentale
fut dressée en moins de soixante dix ans

*  *  *


   

Posté par D A R T H à 01:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur AUX CONFINS DU MONDE CONNU

Nouveau commentaire